home
Aucune actualité en ligne



Le conseil de Martine Gauvard

Madame, Monsieur, chers amis,

Le trésor dentellier et brodé du Musée de la Visitation m'a apporté émotions et découvertes.
Certes, la toute première fois où je me suis rendue dans cette belle ville de Moulins, capitale du Bourbonnais, je m'attendais à trouver un fonds constitué en majorité de dentelles pour le culte datant des dix-neuvième et vingtième siècles, achetées à des maisons de commerce spécialisées.

Je supposais aussi qu'il devait y avoir quelques pièces plus anciennes puisque quatre siècles s'étaient écoulés depuis la fondation de l'Ordre de la Visitation en 1610 par saint François de Sales et sainte Jeanne de Chantal.

J'ai eu la chance de découvrir un fonds de près de cinq cents pièces, que je me permets de qualifier de trésor même s'il ne s'agit que de fils de lin, où, au fur et à mesure de mon exploration j'ai pu tracer les contours de deux grandes catégories de dentelles
La première concerne les pièces des dix-septième et dix-huitième siècles, composée pour part des vêtements liturgiques portés par saint François de Sales, considérés dès lors comme reliques et gardées avec vénération par les visitandines. D'autre part, de très belles créations dentellières, offertes par les personnes royales ou princières et de nobles familles. C'est avec beaucoup d'émotion que j'ai examiné ces merveilles dont l'ampleur est parfois impressionnante.

La deuxième catégorie, qui regroupe les dentelles des dix-neuvième et vingtième siècles, m'a offert de très agréables surprises. J'ai ainsi étudié de nombreux et beaux volants de dentelles venant des dons ou des achats, et représentant le ‘nec plus ultra' des productions de ces époques.

Mais le plus beau, et le plus émouvant pour moi, fut la découverte des pièces dentelées ou brodées par les sœurs : la foi, l'abnégation et les innombrables heures de travail percent à travers ces œuvres qui resteront, somme toute, peu exposées au regard. J'ai vu des dentelles et des broderies blanches qui, d'un point de vue stylistique et technique, sont aussi belles que les pièces sortant de grands ateliers de fabricants.

La présence fréquente d'une iconographie variée est aussi un élément phare de cette collection. De plus chaque œuvre, tant que faire se peut, est étudiée dans le contexte de l'histoire des Arts décoratifs où elle est née.

L'entretien et la conservation des œuvres au sein des monastères, la passion et le dévouement des personnes à l'initiative de cet inclassable et remarquable Musée de la Visitation, nous permettent de découvrir en avant-première un patrimoine cultuel et culturel de premier ordre et pourtant inédit.

J'ai découvert que les talents des visitandines se sont déployés dans tous les domaines artistiques et qu'elles ont apporté beaucoup de respect aux choses anciennes et précieuses. Grâce à cela, ce Musée dévoile chaque année un pan des collections artistiques dont il a la charge, au travers d'une exposition temporaire et d'un ouvrage d'art.

Je travaille avec enthousiasme à la réalisation des notices du livre qui sera publié en mai 2017, illustré de plus de 300 photographies. Les archives des monastères enrichiront encore la beauté des travaux d'aiguille et de fuseaux, en apportant des informations inédites et précieuses sur le contexte historique : comme l'origine des dons ou des achats de nombreuses œuvres, l'identité des visitandines à l'ouvrage, sans oublier l'utilisation des ouvrages, leur entretien et leur conservation.

Passionnés comme moi par cet art, je vous conseille de profiter en avant-première de cette offre privilégiée valable jusqu'au 22 décembre 2016. Le tirage de l'édition est limité en raison des contraintes budgétaires des associations culturelles dans le contexte économique actuel.

Martine GAUVARD
Expert honoraire près la Chambre Nationale des Experts Spécialisés en objets d'art et de collection